PSP#Papers

Maxime Mercier (1ES2) - Quel Parlement européen?  par Francois Rubellin le 2019-06-07

Résultat de recherche d'images pour

Les élections européennes du 26 mai 2019 ont donc rendu leur verdict. Vainqueurs, perdants, confirmations, surprises... Maxime MERCIER (1ES2 SEA) en résume les principaux enseignements de cet événement, en anglais ou en français. Occasion de réfléchir aux perspectives politiques qui se dessinent pour une Union européenne au visage profondément modifié... ou d'actualiser ses connaissances en vue des épreuves écrites d'Histoire-géographie et/ou de SES!

Michael JASTRAM, Louis Rubellin: Interview  par Francois Rubellin le 2019-05-26

Au vernissage de son exposition, L’Ordonnance a pu rencontrer l’artiste Michael Jastram et lui poser six questions (en allemand) sur lui-même, l’Europe et son travail, dont voici la transcription et la traduction. Nous l’en remercions encore ! Interview réalisée par Louis Rubellin (1L1 SED) à la galerie artfontainebleau samedi 11 mai 2019.

Photos Virgile Baudet (1L1 SED)

L’Ordonnance (O): Ist das wichtig für Sie, ein ostdeutscher Bürger gewesen zu sein?

Michael Jastram (MJ): Es ist nicht wichtig, aber es ist vielleicht hilfreich, dass ich ein ostdeutscher Bürger gewesen bin, weil ich die Erfahrung aus zwei Gesellschaftsordnungen habe, die ich mitbringe.

O: Warum haben Sie Fontainebleau Ihr Werk Europa und der Stier geschenkt?

MJ:  Warum? Weil ich 2016 hier eine Ausstellung hatte, und dann habe ich gesehen, dass dieser Marktplatz sich im Umbruch befand, und ich konnte mir meine Statue da vorstellen (weil ich in dieser Zeit diese Arbeit gearbeitet hatte) und ich wusste, dass diese Region im Herz von Europa liegt. Und das hat für mich eigentlich eine Bedeutung, diese Arbeit hier zu bringen, weil wir alle Europa voranbringen müssen, und nicht einseitig oder abgekapselt sein. Für mich ist es, als europäischer Bürger, wichtig, dass wir die Errungenschaften, die wir in den letzten fünfzig Jahren erreicht haben, aufbauen und nicht zurückbauen.

O: In Ihrem Werk geht es oft um Geschichte oder Mythologie. Ist es also warum Sie Bronze am meisten benutzen?

MJ: Ja. Die Bronze ist eigentlich mein Material, was ich über Jahre gefunden habe. Ich habe wie alle Studenten, wie alle Anfänger in der Bildhauerei, angefangen: mit Beton, Stein oder Holz. Aber dann, als ich zu diesen Arbeiten gekommen bin, ging es nicht anders, dass ich diese Arbeiten nur aus Bronze arbeiten kann.

O: Was würden Sie einem Schüler oder Studenten sagen, der Kunst heute machen will?

MJ: Kunst ist nicht beliebig geworden, sondern anstrengend, und wer wirklich sich auf diesem Markt behaupten will, muss erstens an sich glauben, ein lange Warte mitbringen, und nicht zu schnell zufrieden sein, weil Kunst wie guter Wein sein muss, sie muss reifen.

O: Glauben Sie, dass ein Künstler heute engagiert sein muss?

MJ: Ein Künstler sollte engagiert sein. Er lebt in unserer Zeit, und er kann nicht an Sachen vorbeigehen: der Künstler ist Teil der Gesellschaft.

 

L’Ordonnance : Est-ce important pour vous d’avoir été un citoyen d’Allemagne de l’Est ?

Michael Jastram : Ce n’est pas important, mais sans doute assez bénéfique, car j’ai l’expérience de deux sociétés différentes.

O : Pourquoi avez-vous offert votre œuvre Europe et le Taureau à Fontainebleau ?

MJ : Pourquoi ? Car en 2016 j’ai fait une exposition ici ; cette place du marché connaissait d’importants changements et je pouvais y imaginer ma statue (sur laquelle je travaillais alors) une fois les travaux finis. De plus, cette région se situe au cœur de l’Europe. Or je pense que nous devons chacun apporter quelque chose à l’Europe, et n’être ni égoïste ou refermé sur soi. C’est important pour moi, en tant que citoyen européen, que nous continuions à construire et non à déconstruire ce que nous avons acquis ces cinquante dernières années.

O : On trouve souvent dans vos œuvres des sujets mythologiques ou historiques. Est-ce pour cela que vous utilisez le plus souvent le bronze ?

MJ : Oui. Le bronze est mon matériau de prédilection depuis des années. J’ai, comme tout étudiant débutant en sculpture, commencé avec le béton, la pierre, ou le bois, mais lorsque j’ai commencé à réaliser ces travaux, je ne pouvais pas les faire autrement qu’avec du bronze.

O : Que diriez-vous à un élève ou un étudiant qui, aujourd’hui, voudrait faire de l’Art ?

MJ : L’Art ne s’appréhende pas n’importe comment ou par accident, c’est quelque chose de prenant et d’exigeant. Qui veut vraiment se lancer dans ce marché doit d’abord croire en soi, posséder une grande patience, ne pas être satisfait trop vite, car l’Art doit être comme un bon vin : il doit mûrir.

O : Croyez-vous qu’un artiste, aujourd’hui, doit être engagé ?

MJ : Un artiste devrait être engagé. Il vit dans son et notre temps et ne peut passer outre ce qu’il se passe dans la société… dont il fait partie.

Propos recueillis par Louis Rubellin (1L1 SED), 11 mai 2019



C. LEQUESNE, D. Géry-A. Plumel : l'interview!  par Francois Rubellin le 2019-05-23

Christian LEQUESNE (SciencesPo.-CERI) était au lycée jeudi 9 mai 2019 devant les TES2, 1ES1 et les sciencespistes PSP à l'occasion de la journée de l'Europe pour une intervention::

Les élections européennes et après: enjeux pour l'Europe future

Christian Lequesne s'est prêté à l'issue de sa présentation à l'exercice interactif de l'interview menée par Donatien Géry et Aliénor Plumel (1ES1 SED) ici retranscrite.

Merci à Christian, ami fidèle du lycée, pour cette rencontre synonyme de sensibilisation à la cause de l'Europe en cette journée éponyme.





Henri-Claude de BETTIGNIES : l'interview!  par Francois Rubellin le 2019-05-16

Henri-Claude de BETTIGNIES (INSEAD-Emeritus Professor of Asian Business) était au lycée mercredi 10 avril 2019 devant les sciencespistes PSP pour une intervention::

Chine: puissance globale? Implications pour l'Europe

HCDB s'est prêté à l'issue de sa présentation à l'exercice interactif de l'interview menée par Gabriel Barnagaud (1L1 SIA) et Pierre-Louis Bouillot (1S4 SED) ici retranscrite.

Merci à HCDB que les élèves PSP connaissent bien dans son rôle d'organisateur et modérateur des conférences du jeudi à l'INSEAD d'avoir traversé  le boulevard de Constance pour cette rencontre dense et marquante avec nos apprentis politistes!





C. COUDRIOU, F. Delbosc-F. Tesson : compte rendu  par Francois Rubellin le 2019-04-30

Une centaine d'élèves (CVL, PSP, TSED, 1L1, 2ndes 1 et 10) ont assisté vendredi 5 avril 2019 en salle A01 à l'intervention de Cécile Coudriou, présidente d'Amnesty International France. Le lycée remercie chaleureusement son invitée pour cette rencontre synonyme d'éveil civique et également riche en apports théoriques, soixante-dix ans après la proclamation de la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme.

Flore Delbosc et Flavien Tesson (TS4 SED) rendent ici compte des principaux moments de cette intervention. Longue vie à Amnesty dont les combats n'ont peut-être jamais été si nombreux qu'aujourd'hui!





FIMUN 19 - Gabriel Barnagaud (1L1)  par Francois Rubellin le 2019-04-17

Aux alentours de INSEAD, à 8h30 le samedi 6 avril 2019, on a vu des centaines de jeunes habillés en tenue formelle affluer vers les portes d’un bâtiment qui accueillera leurs idées et débats sur l’avenir du monde pendant une journée. En effet, ce jour-ci s’est tenue la 10e édition du MUN à l’INSEAD. Mais qu’est-ce MUN?

MUN (Model United Nations) est une simulation des Nations Unies où des éléves d’établissements différents prennent part à un débat en tant que délégués de pays à l’ONU. Les débats concernent des problèmes d’actualité pressants, et sont regroupés dans des comités à thèmes, comme l’Environnement ou les Droits de l’Homme. Les éléves sont des délégués représentant un pays tiré au sort, et le but de la simulation est de débattre en abordant le point de vue du pays assigné tout en défendant les intérets du pays comme le ferait un vrai délégué aux Nations Unies. L’échange se fait en anglais, et concerne des résolutions, textes rédigés par les délégués qui visent à trouver des solutions, tout en appliquant la procédure des Nations Unies : un débat supervisé par deux modérateurs appelés chaires avec une quantité de règles précises à suivre.

Différentes conférences MUN se tiennent partout dans le monde, regroupant des centaines d’écoles pour les rassemblements plus préstigieux (ex : La Haye ou Dublin). La conférence de Fontainebleau, de taille moyenne, se déroule à INSEAD, dure une journée et regroupe trois lycées : le lycée international François 1er (sections anglophone et européenne anglaise), François Couperin et le lycée international de Noisy-le-Grand. La journée débute à 9h00 avec la cérémonie d’ouverture démarrant par un discours de Monsieur Berthelot, proviseur du lycée François 1er, qui insiste sur l’importance de cette “réflexion sur le monde” présentant MUN comme un moyen de nous inculquer des connaissances solides, des valeurs, et des méthodes d’expression, afin de devenir des acteurs pour un monde en paix. Le doyen adjoint d’INSEAD Peter Zemsky souligne l’importance de la promotion vers une collaboration internationale surtout face au climat populiste isolationniste actuel. Il rappelle que la mission originelle de INSEAD, institution créée après le Traité de Rome en 1957, est de transmettre aux futurs leaders des valeurs comme la conscience des Droits de l’Homme et une motivation pour aller vers un paix durable. M. le Maire de Fontainebleau Frédéric Valletoux ajoute que notre époque est sujette à de nombreux questionnements grâce (ou à cause) à la multipolarité des puissances, en opposition avec la bipolarité de la Guerre Froide.

La cérémonie d’ouverture se termine par une présentation par Mme Le Goulven, ancienne membre de l’ONU et à présent professeure à INSEAD. Elle nous montra que l’action réunie des nations peut avoir un impact à une grande échelle. Avec, par exemple, des mesure prises par un accord de l’ONU, le trou dans la couche d’ozone a diminué de 20% ; cette pensée que la coopération et le débat peut aboutir à quelque chose a motivé les jeunes délégués. A la question du savant dans La Peau de Chagrin  de Balzac : “Le livre vaut-il le glaive, la discussion vaut-elle l’action?” s'impose en guise de réponse un retentissant OUI! Car “ il vaut mieux débattre d’une question sans la régler que la régler sans en avoir débattu” (Joseph Joubert).

Après la cérémonie d’ouverture, les délégués sont répartis dans leurs comités respectifs : DISEC (désarmement) SOCHUM (droits de l’homme) SPECPOL (politique) et autres. Nous étions dans SPECS, le comité sur la science et la technologie, qui traitait de la question de l’augmentation de la cybercriminalité. Nous représentions la Chine, on a donc joué le jeu et présenté une résolution qui suivait les idéaux de notre pays. Des éléves de tous âges des trois lycées, avec des niveaux d’anglais différents, ont tous participé d’une manière ou d’une autre au débat pendant la matinée. Le résultat est une résolution finale qui comportait la résolution de deux pays (USA et Russie, en coopération) votée pour être débattue l’après-midi en assemblée générale. Le débat était sérieux, avec des discours pragmatiques, des résolutions témoignants de connaissances approfondies sur le sujet et des questions incisives et à propos. Les délégués n’avaient pas peur de dire ce qu’ils pensaient, encourageant les timides à parler : comme le dit Montaigne, “Un parler ouvert ouvre un autre parler et tire hors, comme le vin et l’amour.” Il y avait tout de même des parties ludiques : la gossip box, boîte où les délégués pouvaient envoyer leurs remarques, blagues et confessions, a été ouverte et lue, tandis que certains délégués ont été élus dans différentes catégories ; “meilleur costume”, “plus belle coupe”, “meilleurs couples” etc. Nous sommes fiers d’annoncer que la délégation chinoise que nous représentions a été élue ‘plus probable à devenir dictateur’...

Après la pause-déjeuner, les délégués sont regroupés en assemblée générale (grand comité rassemblant plusieurs des comités de la matinée) pour débattre des résolutions finales obtenue de la matinée. Notre assemblée générale rassemblait SPECS, SPECPOL et DISEC. Le débat sur les résolutions avançait, avec un certain relachement vers le milieu de l’après-midi... Quand tout d’un coup, un des chaires dévale les escaliers en criant “Situation de crise !” En effet, étant une simulation fidèle des Nations Unies, il se peut qu’il y ait des situations de crises : ici, l’événement était que le Pôle Sud déclarait son indépendance après l’annonce que Shell avait obtenu l’autorisation de forer sur leur territoire. Les délégués devaient écrire une résolution en 10 minutes, exercice de rapidité, mais aucune résolution n’est passée car les délégués ont appris durant le débat que c’était une organisation d’éco-terroristes qui avaient déclaré cette indépendance : ceci nous a permis de comprendre qu’il faut avoir toutes les informations en main avant de prendre une décision.

La cérémonie de fin a eu lieu à 17h00. Les cinq éléves de terminale qui ont aidé à organiser la conférence et supervisé le débat (ils sont aussi présidents du club MUN de François 1er, inculquant aux jeunes les subtilités de MUN) ont fait leurs discours qui portaient chacun sur une thématique différente : Lyvia sur “prendre des décisions”, Moon sur “l’intégration avec une différence culturelle”, Clovis sur ”les relations, la sociabilité”, Jules sur “la timidité et le courage” puis finalement le président, William, sur “le pouvoir de MUN et sa signification”. Cinq discours lourds d’émotion, car c’est leur dernière conférence MUN au lycée. Ils aimeraient cependant insister sur le fait que MUN est ouvert à tous, peu importe le niveau d’anglais, car personne ne jugera le niveau du langage : ce sont les idées qui comptent. Car, en fin de compte “Le but de la discussion ne doit pas être la victoire, mais l’amélioration...” disait Joseph Joubert. MUN permet aux éléves de s’améliorer sur plusieurs aspects, réfléchir sur notre monde et s’exprimer, faire entendre sa voix, chose indispensable pour une démocatie, mais aussi rencontrer des gens motivés!

Un grand merci à Ruth-Ann Kendrick, qui organise la conférence et qui se dévoue corps et âme pour MUN ; merci à Lyvia, Moon, Jules, Clovis et William, mais aussi à tous les autres présidents MUN des années précédentes - Kaiser, Palmer, Galunic et plein d’autres - pour avoir réussi à transmettre à tant de gens cet amour de MUN, pour avoir excité un intérêt pour les problèmes du monde et un amour du discours et débat, sortant beaucoup de gens de leur coquille. Et merci à l’équipe de presse pour ces photos !

Gabriel BARNAGAUD (1L1 SIA), 14 avril 2019





G. PORTAIS - D. Géry (1ES1): compte rendu  par Francois Rubellin le 2019-04-10

Grégory Portais, professeur en droit constitutionnel et en droit administratif des biens et libertés fondamentales à l’Ecole de la Défense, HEIP, Assas et l’ENA, nous a fait l’honneur d’intervenir jeudi 28 mars 2019 au lycée international François 1er sur le thème « Les finances de la République et leur contrôle citoyen ».

Cette intervention avait pour but de nous informer sur l’État et l’économie. Il s’est dans un premier temps présenté, en nous parlant de sa carrière très évolutive, son parcours diversifié et humainement enrichissant puis il nous a fait une présentation originale et interactive sous forme de quizz. Il s’agissait de répondre sur nos téléphones à plusieurs questions à choix multiples ou par le biais de brèves rédactions. Nous avons dû répondre à des questions assez simples dans un premier temps comme le pourcentage respectif des PIB français, russe et étatsunien, puis à des questions qui méritaient mûre réflexion comme les dépenses de la République consacrées à la sécurité sociale, l’armée ou encore l’éducation nationale. Morale de l’exercice et de l’histoire : « Au final, nous dépensons ce que et parce que nous (le) voulons ! » Pour finir, il nous a donné sa petite astuce pour la vie, c’est de garder la SHAPE (la forme) : Spirit – Heart – Abilities – Personality – Experience, qui rythmera notre façon de penser et de vivre pour donner le meilleur de nous-mêmes.

C’est donc par le biais d’une pédagogie nouvelle et innovante que M. Portais a marqué sa présence – et nous-mêmes – au lycée François 1er.

Donatien GERY (1ES1 SED - PSP), le 9 avril 2019





O. DABENE - E. Quillien (1ES3): l'interview!  par Francois Rubellin le 2019-02-26

Résultat de recherche d'images pour "bolsonaro"

L'élection à la présdence du Brésil en octobre 2018 de Jair Bolsonaro - investi à cette fonction le 1er janvier 2019 - fut vécue par beaucoup, Brésiliens ou non, comme un séisme politique sans précédent. Est-ce si sûr? Au-delà des interrogations sur le futur du géant latino-américain, comment comprendre le phénomène "bolsonariste"?

Emmanuelle QUILLIEN (1ES3 SEA) a, sur sa propre initiative, rencontré avec les camarades de son groupe de TPE Olivier DABENE, professeur à SciencesPo. et directeur de recherches au CERI-OPALC, spécialiste des relations internationales latino-américaines et de l'évolution politique de cette partie du monde en général. Elle retranscrit ici l'entretien qui lui a très gentiment été accordé, et qui pourra être confronté aux analyses de Gaspard Estrada et Armelle Enders (PSP#Controverses 36).

L'éducation demain? - Alexandra Galéa (1ES2)  par Francois Rubellin le 2019-01-23

Résultat de recherche d'images pour

Jeudi 17 janvier 2019 à l'INSEAD s'est tenue la sixième conférence de la saison 2018-19, avec Philippe Meirieu:

L'éducation demain: au-delà des réformes?

Plusieurs élèves de PSP y ont assisté. Parmi eux, Alexandra GALEA (1ES2 SEA) qui rend ici compte de l'intervention dans le présent document.

Rendez-vous à l'automne prochain pour la saison 2019-2020 des conférences INSEAD d'Henri-Claude de Bettignies... que les élèves PSP rencontreront au lycée mercredi 10 avril pour un échange sur la Chine et l'Asie de l'Est dont HCDB a pu analyser les mutations sur le terrain au cours du dernier demi-siècle!

Post-humanisme? - Alexandra Galéa (1ES2)  par Francois Rubellin le 2019-01-21

Jeudi 10 janvier 2019 à l'INSEAD s'est tenue la cinquième conférence de la saison 2018-19, avec Mark Hunyadi (Université Catholique de Louvain):

Le post-humanisme, miroir de nos vies: où va l'homme?

Plusieurs élèves de PSP y ont assisté. Parmi eux, Alexandra GALEA (1ES2 SEA) qui rend ici compte de l'intervention dans le présent document